Reportage de Laura L.

laura l

Laura : «  motivant, complet et passionnant » 

Mon objectif premier, lorsque je me suis inscrite à la formation des filles zen, était quelque part un peu flou. Il s’agissait d’être davantage en harmonie avec moi-même et avec les autres.

Qu’est-ce qui t’a poussée à te lancer ? 

J’ai hésité un peu par rapport à ces questions justement de relation à l’autre. De plus, je n’avais pas forcément envie de parler de mes problèmes personnels à la communauté…

Mais ce programme m’a eu l’air si fondamental, si bien ficelé et justement de répondre à mes attentes que je me suis inscrite. D’ailleurs on n’est pas obligé.e.s,  si on ne le souhaite pas dans un premier temps, de venir aux sessions collectives ! On peut y assister, voir les replays, ou y venir par la suite.

As-tu rencontré des difficultés dans ton parcours ? 

J’ai parfois « dévié » du programme mais cela m’a permis d’aller dans le même sens, car j’ai dû aborder des choses fondamentales pour moi qui vont dans la même direction. 

C’est vrai aussi que, parfois, on a une certaine ambivalence, on veut sortir de certains problèmes mais d’autres choses nous retiennent un peu : ces fameux schémas…

C’est là où le rôle des coachs est très important, voire salvateur. Tout d’abord, c’est très bien organisé, car les coachings mensuels permettent de faire le point et de traiter les problèmes que l’on rencontre en cheminant. D’autre part, une coach CAP est là pour répondre par mail aux problèmes auxquels on peut être confrontée au fur et à mesure du programme. 

Cela m’a énormément aidée du fait déjà et surtout qu’ elles sont très humaines et font plus que leur  » travail  » ( voir des heures supplémentaire). Et du fait qu’ elles sont très compétentes et de la richesse de leurs réponses et de leurs questions. 

Personnellement, les coachs m’ont beaucoup aidée, soutenue et bien orientée par rapport à mes questions. Elles m’ont aussi beaucoup motivée par rapport à mes interrogations et parfois mes difficultés par rapport au programme. Par mail aussi, elles m’ont beaucoup épaulée en me posant des questions fondamentales répondant aussi déjà presque aux questions soulevées. 

Où en es-tu aujourd’hui ? 

Aujourd’hui, mon objectif est assez semblable à celui du début mais j’ai compris que pour être plus en harmonie avec les autres, il fallait justement être d’abord et fondamentalement en accord, en « entente » avec soi. S’ accueillir soi-même, être à l’écoute de ses besoins et s’entourer uniquement, dans la mesure du possible, de personnes bienfaisantes. De faire ce choix, par exemple, par rapport à son environnement proche. Que tout cela interagit.

Professionnellement, j’ai déjà une direction dans l’art, puisque je suis peintre – céramiste – photographe. Mais j’aimerais – et c’est quelque chose qui me tient à cœur depuis longtemps – envisager un travail ou une activité en plus, qui concernerait à la fois l’art et l’aide à autrui.

Le coaching m’a renforcée dans ce sens pour pouvoir le concrétiser un jour, j’ espère. Les propos de Mylène montrent bien, même si on le sait foncièrement, que le réel but de toute existence, tout ce dont tout le monde à besoin fondamentalement, ce qui nous réunit, c’ est l’amour et donc l’interaction. 

Comme dit Mylène,  on vient tous de la même poussière d’ étoiles. On n’est pas grand chose finalement à l’échelle de l’Univers mais on a, à peu près, à des degrés différents, les mêmes types de blessures, alors autant s’ entraider.

Par rapport aux marques laissées par ces blessures, certaines personnes peuvent aller dans le sens de “faire du mal” en croyant s’alléger, ou bien essayer d’arroser les bonnes graines : avoir de la compassion, de l’amour pour autrui. Finalement, personne ne choisit ce qui lui arrive à la base, sauf que comme le dit Mylène on a tous « un pouvoir d’action », bonnes ou mauvaises, par rapport aux autres et aussi par rapport à soi. 

Quel conseil aimerais-tu partager ? 

D’où que tu viennes et quels que soient tes problèmes, cette formation d’auto coaching  ne peut que te faire avancer. Car le chemin vers soi est bordé de roses à effluves, même si parfois des épines te donnent l’impression de ne pas pouvoir le saisir. Comme on dit, et je trouve que ça illustre bien la formation : “la vie mettra des pierres sur ton chemin,  à toi de choisir si tu veux en faire un mur ou un pont »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.