Reportage de Françoise P.A.

françoise p a

Françoise : « Découverte, guérison, espoir. »

Lorsque je me suis lancée, ma problématique n°1 était sans hésiter la procrastination et la peur de mal faire. Aujourd’hui, j’ai fini le programme tant bien que mal, en ayant survolé certains modules, mais je les ai tous fait !  Et quelle joie pour la procrastinatrice que je suis (encore beaucoup) ! 

Avais-tu des doutes avant de t’inscrire ? 

Pas vraiment. C’était lors du premier confinement en mars 2020. Je me suis inscrite pour écouter l’intervention de Mylène, il me semble même que c’était un dimanche matin. Je me suis inscrite à la fin de la conférence, d’une part parce que j’étais convaincue de la qualité de la formation, ce qui était vraiment une première pour moi, et d’autre part pour la facilité de paiement sur plusieurs mois.

Outre l’intervention de qualité de Mylène, c’est une phrase qu’elle a dite qui a eu un écho très fort en moi : « on investit beaucoup d’argent sur les loisirs, les voyages, les vêtements…c’est bien mais qu’en est-il de soi ?« . C’était la première fois que j’entendais une personne dire ouvertement que le développement personnel et le coût que cela représente en valent la peine. Ça me parlait intensément.

J’ai aussi eu des moments de doute au cours de mon cheminement et j’ai eu besoin de faire une pause au début du module 3 notamment. Et puis j’ai continué avec envie, excitation et peur aussi un peu.

Je me répète mais c’était une première pour moi de me faire accompagner et d’entendre des coachs qui me montraient tout ce qui allait bien chez moi. Ça me faisait un bien fou même si on abordait les failles, les fêlures, les zones de confort à dépasser.

Qu’est-ce que le programme t’a apporté ? 

J’ai pu voir de réels changements.  Par exemple, sur l’écoute de l’autre sans juger (si possible). Les sessions collectives ont été révélatrices. J’ai découvert la souffrance, les peurs, les doutes mais aussi les victoires personnelles, la vulnérabilité, la persévérance, la détermination dans un espace de bienveillance. Cela m’a permis d’être encore plus bienveillante que je ne l’étais ou pensais l’être.

Cette écoute m’a permis de relativiser et de moins culpabiliser, notamment sur le rythme de mon parcours.

J’ai appris à accepter mon propre rythme et à avoir moins d’injonctions envers moi-même.

Le module 3 m’a montré à quel point je ne m’aimais pas alors que je me targuais d’être une grande amoureuse des autres. Et je souhaite revenir sur le module 6 car je l’ai survolé alors qu’il me parle tant…

A présent, mon projet est de mieux équilibrer ma vie personnelle et ma vie professionnelle et de rester ouverte à toute opportunité professionnelle qui me nourrit.

Le mot de la fin ? 

Merci de me souhaiter de continuer à me faire confiance et à travailler et développer mon intuition. Que j’en vaux la peine. 

Et si vous hésitez à passer l’action, je vous conseille de vous écouter. S’il y a la moindre envie, allez-y ! Peu importe le projet, fantasque ou pas, peu importe les bagages de blessures que vous vous trimballez, vous en valez la peine et investir sur vous est un formidable élan de liberté intérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.